top of page
Copy of LOGO-3.png
Rechercher

Mon plus récent apprentissage

J’ai décidé de garder des chiens vu le manque fou que je vivais de partager du temps avec un chien. Parce que je me disais que ça comblerait le vide. Que ce manque que je vis quotidiennement disparaîtrait à travers le passage de quelques chiens par mois dans ma maison. Je me disais que ce serait le meilleur des scénarios finalement ; Passer du temps avec un chien, sans vivre avec les responsabilités quotidiennes que cela entraîne. Sans vivre de frustration vu ses comportements dérangeants parce qu’après tout, ce n’est pas mon chien. Aparté ; Remarque ici à quel point les aboiements de TON chien te dérange 100 fois plus que ceux de n’importe quel autre chien (bon, à part peut-être le chien vrrraiment gossant d’un voisin qui passe sa journée à japper). On se sent responsable des écarts de son chien. Et ils viennent toucher une corde qui nous met les nerfs en boule. En tout cas, Aby avait ce pouvoir! Je me disais donc que, peu importe les comportements inopportuns d’un pensionnaire canin, il repartirait dans les heures ou les jours suivants, et que ça ne pourrait venir chercher cette corde.


J’avais grandement raison sur plusieurs points. Mais je me suis grandement trompé quant au vide qu’Aby a laissé dans ma vie le jour où elle a passé le seuil de notre porte pour la dernière fois.


J’ai réalisé que marcher dans la forêt et voir SON chien heureux de sentir et gambader à gauche à droite, l’appeler et le voir revenir vers toi, avec un sourire dans l’œil ;

Que jouer à la balle sur le terrain avec SON chien et lui demander de faire les tours que tu lui as appris alors qu’il était tout jeune ;

Que manger une tartine de beurre d’arachide, regarder les yeux doux de SON chien, et lui en offrir un morceau, parce que tu sais à quel point ça lui fait plaisir ;

Que coller sa tête dans le cou poilu de SON chien et lui flatter doucement les oreilles ;

J’ai réalisé que tout ça, tu peux le faire avec un chien qui n’est pas le tien. Mais que JAMAIS ça ne te remplira autant de joie et d’amour comme quand tu le fais avec TON chien.


C’est fou, hein? Parce que j’ai passé des années en clinique vétérinaire à prendre soin de tellement de chiens. Et je n’avais jamais réalisé cela avant tout récemment.


Aujourd’hui, je prends soin de mes pensionnaires comme s’ils étaient mes propres chiens. Je leur accorde mon temps, ma patience, ma douceur, et mon affection. Je suis heureuse de passer du temps à leurs côtés. Mais aucun d’entre eux ne peut « me remplir » comme ma relation avec Aby « me remplissait ». Tsé la fameuse expression « On ne réalise ce que l'on a que le jour où on le perd » C'est ainsi, je crois, que j'ai pleinement réalisé la puissance de cette relation unique entre SON chien et SOI.


J’ai compris que rien d’autre que d’ouvrir mon cœur à nouveau à un chien, à celui qui serait MON chien, à cette relation unique, ne me fera sentir comme avant. Comme dans le temps qu’Aby était avec moi.


Je ne suis pas prête à faire le saut, mais ça me manque, à un niveau incroyable. Je vais donc continuer de garder mes chers pensionnaires, qui me font sourire, qui mettent un baume sur mon cœur, qui « me remplissent » un peu, à leur façon, qui m’accompagnent dans mes balades et les rendent plus agréables. Je vais continuer de les câliner, de les regarder et me laisser attendrir, de les observer avec attention et admiration. Pour l’instant, je vais continuer de remercier la vie de m’offrir cette opportunité, et de remercier les gens qui m’offrent leur confiance, et qui partagent avec moi leur meilleur ami canin.



Aby… Merci de m’avoir fait vivre la magie de la relation humain-animal. Je ne sais pas si je la revivrai un jour. Mais grâce à toi, j’ai eu la chance de le vivre au moins une fois. Et je t’en serai éternellement reconnaissante.






Comentários


bottom of page